logo About me | Julia Moroge

About me

Au wilder Mann aux cheveux en bataille qui sommeille en chacun de nous et voyage en body à paillettes, Au working man dont le sarouel serait d’or et les baskets d’argent, Au métissage et à ses plus beaux enfants,

Mes objets voudraient être les amulettes de la nouvelle tribu bijoutée que nous sommes. Plus que de simplement nous décorer, ils sont les lieux choisis et arborés de nos croyances, de nos superstitions, de nos intentions, de nos affections et de notre plus profonde superficialité.

Pimp your body and soul.

Chargés, amalgamant des esthétiques ethniques et contemporaines, streestyle ou underground, ces talismans revisités ont la canine au vent, sourire carnassier oblige. Flingueurs mais optimistes, surpigmentés et absurdes, la contradiction prime, pour que naisse la surprise. Le laboratoire contient des matériaux aux antipodes et le jeu des associations engendre une esthétique métissée et narrative. J’aspire à parer la vie, la rue, et les gens qui eux-mêmes la décorent, j’aspire à les raconter surtout.
C’est à travers ces histoires que se matérialisent mes intuitions, mes collages, usant d’un vocabulaire expérimental et d’une linguistique cosmopolite et symbolique.
Je voudrais un guerrier massaï breakdancer des mille et une nuits en costume japonisant pour égérie, sur une plage de la Barbade avec une bande son made in Brooklyn, ou l’inverse d’ailleurs; Une suédoise à la crinière pastel, avec dents en or et sari en élytres de scarabées et transparences futuristes, dansant le kuduro dans la jungle ferait tout aussi bien l’affaire.

Je souhaite bousculer la préciosité, sans pour autant la bannir. Aucune tropicalité n’est proscrite, le plexiglas se veut coupé-décalé tandis qu’ossements et autres pierreries zoukent conjointement sur un dancefloor de bitume. J’emprunte à différents univers, traditions et folklores, allant des arts populaires, à la musique ou à la mode, afin d’inventer des connexions et d’en partager le résultat composé ensuite.
Il y a cet œil, qui nous protège et nous observe, et puis ce bonnet d’âne qui le couronne et nous supplie de ne jamais oublier d’être dans la dérision. La plaisanterie n’a pas valeur d’échantillon, elle est ce que j’ai à partager, de plus faillible et de plus percutant; pourvu que le pathos se planque le temps d’une chevalière.
Il faudrait toujours brouiller les pistes, saupoudrer une pincée de son contraire dans chaque essence: entre maîtrise et déroute, primitif et futuriste;

Entremetteur de pôles, voilà un beau métier.

Chaque pièce est le début d’une histoire, d’une collection, un indice. Le trésor est dans la potentialité; la saveur s’apparente à celle d’une miette de sandwich sauce eldorado.
Vade retro morositas, le challenge est énoncé; Je joins les mains pour un bijou populaire et luxueux, bavard et témoin, vandal et généreux; parce que les pastels chuchotent et les fluos hurlent, Amen.

Julia Moroge,
marabouteuse d’amulettes contemporaines (sur un beat hip-hop).

Julia Moroge - About
Julia Moroge – About

Photo par Thaddeus Robertson